24 mai 2006

WWWOOOUUUAAAIIIII!!!!!!!!

Winou est de retour!!!

Il a fallu que je fasse ce sombre post (le précédent) pour qu'il réapparaisse... Le voisin d'en face vient de m'appeler pour me prévenir qu'un greffier tout noir semblait chercher son chemin!

Je me pose des question... Winou lit-il mon blog dès que j'ai le dos tourné???

Bon, et bien en voilà une nouvelle qu'elle est bonne!

00:48 Publié dans J'annonce | Lien permanent | Commentaires (3)

23 mai 2006

Le gros bad

Winou a disparu... J'ai perdu mon chat... J'ai perdu mon pote. Je suis triste, ça m'angoisse.
Ce n'est qu'un chat? Bha oui, c'est vrai. Mais c'est toujours la même histoire: c'est MON chat.

C'est mon Winou qui me regarde avec ses grands yeux jaunes, qui me ronronne dans le creux de l'oreille, qui me bouffe les pieds pour avoir des croquettes, qui me rend folle avec les portes fermées (une chose qui lui est à priori insuportable), qui pose ses patounes sur ma joue pour être sympa, qui se regarde dans la glace sans comprendre pourquoi il est là et ailleurs, qui se la coule douce toute la journée pendant que je bosse, qui se fait fracasser la tronche par les matous d'en face, qui me croque le menton quand il s'emmerde, qui me colle ses poils dans le nez quand je lis un bouquin, qui fait disparaître tous mes briquets, etc.

Winou? Winou? Winou? Vingt-cinq mille fois que je crie son nom dans tout le quartier, et rien, nada, que dalle, pas de Winou à l'horizon. Ca me colle le cafard.

Mon Winou, OU ES-TU BORDEL???!!! JE T'AIME, REVIENS!
(Et, je le jure, je double la ration de bouffe pendant une semaine...)

23:30 Publié dans J'annonce | Lien permanent | Commentaires (1)

18 mai 2006

Pourquoi, mais pourquoi...???

Bon, ça ne se passe pas vraiment comme ça... J'avoue, ma manière de faire est un peu (juste un peu) moins sensuelle. Mais je me demande bien pourquoi, POURQUOI, lorsque j'ouvre une plaquette de chocolat/un paquet de bonbons/de gâteaux et autre conneries, je me tape TOUTE la boîte?

Par expérience, je devrais le savoir: après je me sens mal, très mal. J'ai mal au coeur, j'ai mal au ventre, je suis dégoûtée, et je me dis que c'est la dernière fois que j'en mange, que c'est fini, je n'aime plus ça.
Et puis hop, rebelotte.

Encore une fois, je pense que mon histoire va intéresser beaucoup de monde.
Bha, méditez donc là-dessus, ça vous changera les idées.

Zhou, bonne soirée.

(Oui oui, elle est bonne!)

10 mai 2006

La working girl en carton

J'ai commencé à bosser! J'ai commencé à bosser! J'ai commencé à bosser! (L'image là, c'était à peu près moi aujourd'hui. A peu près.) Ca vous en bouche un coin ou quoi? Non...? Bon. Merde, quand même. Après des années de lutte pour gravir le Mont Faculté tout en courant dans tous les sens pour gagner de quoi vivre (oui! Parfaitement! On m'appellait Causette et les gens de mon quartier pleuraient en me voyant passer, tellement je me donnais corps et âme. Si, c'est vrai...), j'estime avoir le droit à une standing ovation. Allez hop: "YYYEEEAAAHHH!!!"

Je suis une adulte. Et, en tant que personne responsable (et dotée du sérieux que l'on me connait), j'ai tenté un saut de l'ange (bien calculé) au fond de mon lit assez tôt dans la soirée. Tout ça pour quoi? Pour rien, nada: je n'ai pas fermé l'oeil. Forcément? Bha non. J'avais l'impression d'être détendue. Mon corps m'a trahi: droite/gauche/droite/gauche etc... A force de me retourner sans cesse sur mon matelas, j'ai fini par ne même plus savoir où j'habitais. Donc, quasi nuit blanche. Donc la tête dans le sac. Donc les yeux qui piquent. Donc pas cool. Mais attention, je ne suis même pas arrivée à la bourre et j'ai arboré mon plus beau sourir menthol pour saluer mes nouveaux camardes. Après trente deux serrages de mains, j'y étais, bien installé sur mon fauteuil, prête à dépouiller la pile de journeaux, à ingurgiter un flot monumental d'infos et à reprendre le flambeau des dossiers en cours.

Bon, un peu moins la patate après le déjeuner. Mais personne n'y a vu que du feu (je gère, oh!). Par contre moi je ne voyais plus rien. Bref. Une bonne journée de toutes façons car, je tiens à le souligner (on ne sait jamais), j'ai été vraiment très bien accueilli.

Sinon (et là ça va chier):
Hier soir, les bloggueurs parisiens se sont tous (ou presque) retrouvés au Pink Paradise pour fêter comme il se doit les 3 ans de soirées dédiées aux Geeks mobiles. En résumé, pour picoler (comme d'hab.) et surtout pour matter des minettes dénudées faire des acrobaties sur une piste sombre. Alors oui, j'étais au courant. Oui, je n'y suis pas allée parce que je suis une fille sérieuse et que je ne tenais pas à me défenestrer mon premier jour de taf. Mais merde! Je n'ai pas dormi de la nuit de toutes façons!!! Alors je suis franchement remontée, parce que si mes camarades blogueurs m'avaient supplié de venir, on ne sait jamais, j'y serais peut-être allé... Et du coup, j'aurai été certes fatiguée, mais pas dans le vent!

Vous avez compris ma démonstration? Bon. De toutes façons, je m'en fout, un jour je ferai une méga teuf de blogmania gigantesque, et je n'inviterai personne.
Quoi c'est con??? JE SUIS FATIGUEE J'AI DIT!!!

20:50 Publié dans J'annonce | Lien permanent | Commentaires (3)

09 mai 2006

Tu pleurs et tremblements

Je viens de lire un post qui m'a retourné, et qui fait écho à nombre de mes angoisses. En quelques sortes, je tiens à prendre le relais de ce cri en dehors de la multitude des commentaires qu'il occasionne(ra).

C'est un cri de douleur face à ce que l'on appelle vulgairement un "fait divers", ou qui en tous cas sombrera vite dans le néant de la vie. Ce néant, cette place réservée aux choses, aux évènements, que nous mettons au dessus de nous pour ne pas devenir fous. Une réalité qui nous dépasse, qui nous ramène froidement à nos propres limites. Ou plutôt à celles que nous n'avons pas.

L'"intelligence humaine", c'est aussi cette propention à pouvoir aller au-delà de tout ce qui nous qualifie en tant que tel, ce qui fait de nous des "individus".

S'en prendre à un enfant c'est, je crois, s'en prendre à soi-même, à ce que l'on ne peut plus être, au monde en devenir, à la vie en général. Mais c'est avant tout détruire l'histoire d'un être qui n'a rien demandé d'autre au fond que d'aller plus vite à demain, pour voir un peu ce que ce jour lui réservera...

12:55 Publié dans Topiques | Lien permanent | Commentaires (1)

08 mai 2006

La positive attitude

On peut avoir la positive attitude sans écouter Lorie (je n'ai pas trop le droit de critiquer, mon petit cousin est amoureux d'elle).

So funky!


podcast

(Pour optimiser l' utilisation: écouter exclusivement à fond de balle)

Bonne journée tout le monde!